Réel ou pas ! J’aurais du rester au lit…..

Publié le par Virgule

J’aurais du rester au lit…..

J’écris en réponse à votre demande d’information complémentaire au paragraphe numéro trois de l’imprimé pour vous faire part de mon accident. J’ai écrit «  sans raisons apparentes »  comme cause de mon accident. Vous me dîtes que je devrais expliquer ceci davantage et j’espère que les détails qui suivent suffiront.

Je suis radio-amateur et le jour de l’accident je travaillais tout seul dans la partie la plus haute de mon nouveau pylône de 24 mètres. Quand j’ai eu fini mon travail, je me suis rendu compte que j’avais monté, en plusieurs fois, à peu près 150kg d’outils et matériel divers. Plutôt que descendre tout cela moi-même, j’ai décidé de le faire descendre dans un petit tonneau en bois à l’aide d’une poulie fixée au plus haut du pylône.

Après avoir attaché la corde en bas, je suis remontée et j’ai chargé le tonneau avec les outils et le matériel. Alors je suis descendu et j’ai attaché la corde, en la serrant fort pour assurer une descente pas trop rapide des 150 kg de matériel ? Vous pouvez voir au paragraphe 2 de l’imprimé que mon poids n’est que de 72kg.

En raison de la surprise de me voir arraché du sol si subitement, j’ai perdu mon sang froid et j’ai oublié de lâcher la corde, inutile de vous dire que je suis assez vite monté sur le coté du pylône. En approchant le niveau des 12 mètres j’ai rencontré me tonneau qui descendait. Ceci explique le crâne fracturé et le cou cassé. Un peu ralenti, j’ai continué à monter sans m’arrêter jusqu’à ce que mes doigts se soient trouvés coincés dans la poulie jusqu’à la deuxième articulation.

Heureusement cette fois-ci, j’avais retrouvé mon sang-froid et j’étais capable de m’accrocher à la corde malgré la douleur. Néanmoins à peu près en même temps le tonneau a heurté le sol et a perdu son fond. Dépourvu du poids des outils, il ne pesait que plus ou moins 10kg. Je vous rappelle de nouveau mon poids, au paragraphe 2. Comme vous pouvez l’imaginer, j’ai commencé une descente rapide sur le coté du pylône. En arrivant au niveau des 12 mètres, j’ai trouvé le tonneau qui montait. Cela explique les deux chevilles fracturées et les blessures dans le bas de mon corps. La rencontre avec le tonneau m’a ralenti suffisamment pour amoindrir les blessures quand je suis tombé sur la tas d’outils et heureusement, seulement trois vertèbres se sont fracturées. Je suis pourtant désolé de vous informer que comme je glissais sur les outils, abruti de douleur, incapable de le mettre debout, en regardant le tonneau vide à 24 mètres au dessus de moi, j’ai de nouveau perdu mon sang-froid. J’ai lâché la corde…..


 "Images" du site : http://www.loupanthere.fr/bebe-au-lit.jpg

 

 

Commenter cet article